Valérie Favre, Fragment A, 2012, 146 x 178 cm

Opaque night, a cloud of gas and dust .. Valérie Favre’s latest series, ‘Fragments’, takes us to the cosmos and into the abyss.

These are the depths of the night: the primal world, the dawn of time.

In the middle of the canvas, tiny white marks spark our imagination: they could be shooting stars, or swallows that migrate in a circle as if confused, or tiny white freckles, or powder that’s scattered, or specks of sand … 

Needless to say we got drawn to them like moths to light when we recently visited Favres studio for our Eigenbedarf Special

Nuit opaque, nuage de gaz et de poussières. La toute dernière série de Valérie Favre Fragments nous plonge dans les abysses du cosmos. 

Ce sont les abimes de la nuit: l‘outre-noir’ du monde qui est la nuit de tous les temps, l’énigme irresistible. 

On y voit des étoiles filantes qui percent l’obscurité. Elles sont au coeur de la toile et stimulent notre imaginaire: Hirondelles confuses qui migrent en cercle, minuscules taches de rousseur blanches, poudre dispersée grain par grain, amas de sable…

on peut y voir toutes sortes de choses. Variée, immuable, l’oeuvre de Valerie Favre est comme un spectre de lumières qui séduit par son mystère. Cela va sans dire que nous étions attirés par elle comme des papillons à la lumière au moment de visiter le studio Favres récemment pour notre Eigenbedarf Special

Valérie Favre paints life in glimpses: timeless or fleeting, rubbing shoulders with our emotions and our desires. The series At the Table for instance depicts a kind of evanescence. In the distance we see a huge butterfly and closer to us silhouettes, pieces of furniture to the right, roses to the left …

It’s as if we wake up slowly and just begin to discern what surrounds us in stages, like a day-dream.

Elsewhere in this series, a bluish silhouette is cut out from a green background, its back to us. Rather ghost than human, with branches instead of arms, she (he?) floats and sails the air like a vague memory or an absence that’s oddly ‘there’.

Clearly Valérie Favre is also a playwright and a storyteller at heart. The tales she paints are like tapestries of light and colour. They speak of love, loss, wants, anguishes and more, how our sensations clash or intersect with who we hope or believe to be.

Part tragic, part playful, each series digs into ourselves and unfolds like a spectacle in our minds. In these little life ‘epics’, nothing is clearcut. She paints those in between spaces, mental images, our doubts, the unsaid. Coincidences and other things we can’t explain about life are also most alluring…

Read on this interview with the artist to find out more about her work!

La série Am Tisch, 2018 dépeint ces evanescences. Au loin un papillon, ca et la des silhouettes diaphanes qui se dessinent, des bouts de meubles, des roses…

C’est comme si l’on s’éveillait doucement et commençait tout juste a discerner ce qui nous entoure, par touches: quelque part de vaporeux. Un songe.

Ailleurs, on voit un fond vert sur lequel se découpe une silhouette bleutée. De dos, plutôt fantôme qu’homme, elle a des branches a la place des bras. Elle flotte et navigue l’air dans une sorte de vague souvenir ou une absence qui bizarrement est ‘la’. 

Valérie met en scene et rend palpables ces histoires a travers nos identités et nos sensations entrecroisées et secretes. Sa peinture apporte de la clarté avec un soupçon de non-dit. Peut-etre que finalement les choses inexpliquées sont aussi les plus belles… 

Place a cette interview avec l’artiste pour en savoir plus!

Valérie Favre, „Am Tisch“, 2018 150 x 90cm Oil on canvas © Valérie Favre & VG Bild-Kunst
Valérie Favre, „Am Tisch“, 2018 150 x 90cm Oil on canvas © Valérie Favre & VG Bild-Kunst

Your work is full of references to literature, often dreamy, but also obscure as in your exhibitions The Art of Watching Birds, and Honig in der Sackgasse at the Barbara Thumm Gallery.

Why these titles and what emotions do you express in these paintings in particular?

I often work from books, poets, writers and philosophers. After a while I forget them, and it is only later that they return, in fragments and ricochets, from one sentence to another. These texts I remember are key to my choice of titles.

Occasionally, I use one instant that’s more commonplace, as for my recent series which I simply called ‘At the Table’.

Wind, Fire, Water, Earth…Which element best describes your work?

My work explores the connections between these elements. Wind, fire, water, earth are all linked. They seem to run parallel to each other, at times simultaneously.

Is there a particular artwork or place that inspired/motivated you to become an artist?

I grew up as an only child, close to nature, and later on loved reading a range of novels that filled and fueled my imagination. I discovered painting for myself at the Museum of Art in Basel when I was very little. I first went there accompanied, then on my own to see these paintings again and again.

These repeated visits were decisive moments that inspired me to paint.

Ton oeuvre est empreinte de références à la littérature, avec souvent une part de rêve, mais aussi d’obscur comme dans tes expositions The Art of Watching Birds, et Honig in der Sackgasse à la galerie Barbara Thumm.

Pourquoi ces titres et quelles émotions exprimes-tu dans ces tableaux en particulier?

Je travaille souvent a partir de livres, ceux des poètes, des écrivains et des philosophes. Au bout d’un moment je les oublie, et c’est seulement plus tard qu’ils me reviennent, par fragments et ricochets, d’une phrase l’autre. Ces textes constituent des moments-clefs que je fixe dans un titre.

Parfois, ce sont des instants précis qui déclenchent toute une série de tableaux comme celle, récente, que j’ai intitulée ‘Am Tisch’. 

Vent, feu, eau, terre… si ton oeuvre ou ta personnalité étaient un élément, lequel choisirais-tu?

Vent, feu, eau et terre sont liés et mon travail explore précisément ces connexions entre les éléments: les uns en parallèle aux autres et presque simultanément.

Y a -t-il une oeuvre d’art ou une situation, un individu ou un lieu particulier qui t’a inspirée et à devenir artiste?

Mon enfance assez solitaire et proche de la nature, plus tard la lecture et les envolées émotionnelles qu’un roman ou autre texte m’ont procuré, tout cela m’inspire et me guide dans mon art. Petite, la découverte de la peinture au Musée d’Art de Bâle où je me rendais d’abord accompagnée puis seule afin de revoir ces tableaux inlassablement …

Ce sont sans doute ces moments-là qui ont éveillé mon désir de peindre.

Valérie Favre "L'ordre de la nuit", 2016-17 170 x 390 cm Oil on canvas Courtesy Galerie Barbara Thumm © Valérie Favre & VG Bild-Kunst

Do you consider yourself spiritual and how does this feed into your work?

I would say that every work of art is spiritual in that it opens up a field of emotions that is larger than what we are familiar with, like a passage to another universe that helps us understand ourselves better. What exactly we mean by work of art is of course a prickly question….

My work stems from multiple influences, whether literary or cinematographic.

I see these points of reference as ‘flashes’, like ideas that flicker and collide.

They are challenged by further influences, so I see myself as a ‘mobile’ artist. I explore and ‘travel’ freely across different terrain in my art.

My thoughts keep changing, they follow the versatility of my reflections. It is in these observations that the ‘spiritual’ resides.

Dirais-tu que tu es spirituelle? Dans quelle mesure la spiritualité nourrit-elle ton travail?

 Je dirais que toute oeuvre d’art est spirituelle dès lors qu’elle s’ouvre sur un champ d’émotions plus vaste que ce qui nous est familier, comme un passage vers un autre univers qui permet à celui qui regarde de mieux se comprendre.Reste à élucider ce que l’on entend par oeuvre d’art…. 

Mon travail résulte d’influences multiples, qu’elles soient littéraires ou cinématographiques.

Je conçois ces points de référence comme des ‘flashs’: des étincelles, des bribes d’idées qui s’entrechoquent.

Elles sont perturbées et remises en question par d’autres influences encore , si bien que je pense être une artiste complètement mobile. Ma pensée bouge de manière perpétuelle et élastique pour suivre la versatilité de mes réflexions.

Chacune d’entre elles résonne en moi comme un ‘reflet’: c’est là où sans doute se glisse et réside le monde spirituel. 

Valérie Favre "Lady Bird", , 2009-2010 170 x 390 cm Oil on canvas Courtesy Galerie Barbara Thumm © Valérie Favre & VG Bild-Kunst

Is there a type of music or author in general that stimulates you?

I particularly like detective novels, as well as classical texts from Dante to Burroughs, Kafka, Ovide or Pérec, and Blanchot … Literature is an integral part of my art. Music less so. I prefer to paint in silence.

Painting and cinema/ theatre are two parallel universes but the links between them are intriguing. Does your background as an actress  influence how you paint?

Yes, absolutely. Theatre and cinema mean independence to me. They have influenced me and keep impacting my art to this day.

When I paint, I find myself back as a director, costume designer, lighting designer, scriptwriter even when it comes to the series. This certainly gives me greater freedom, but always keeping in mind the idea of conjuring something intimate.

In fact my paintings unfold visually like stories, like movies.

It’s impossible to compete with the narrative thread of a play of course but the underlying plot is there, if only implicitly.

Est-ce que la musique et/ certains écrivains spécifiques te stimulent?

 J’aime particulièrement les romans policiers, les textes classiques de Dante à Burroughs, de Kafka à Ovide en passant par Pérec, Blanchot… La littérature fait partie intégrante de ma vie. La musique quant à elle est plus diffuse. Je préfère peindre en silence.

La peinture et le cinéma/théâtre sont deux univers parallèles mais les liens qui existent entre eux sont intrigants. Est-ce que ton passé d’actrice influence ta manière de peindre?

 Oui, c’est certain. Le monde du théâtre et du cinéma qui a forgé mon indépendance m’a fortement marquée.

En peignant, je me retrouve comme metteure en scène, costumière, éclairagiste, scénariste même en ce qui concerne les toiles en séries. Cela m’accorde certes une plus grande liberté mais toujours de l’ordre de l’intime.

En fait mes peintures se déroulent visuellement comme des récits, comme des films.

Impossible de rivaliser avec le fil narratif d’une pièce de théâtre bien sûr mais celui-ci est bien là, sous-jacent, implicite.

Image Credit: Catherine Lupis Thomas
Am Tisch x 2, jeweils: „Am Tisch“, 2018 150 x 90cm Oil on canvas © Valérie Favre & VG Bild-Kunst

Your canvases are like visual puzzles drawn from everyday objects, myths, extraordinary creatures. What do these hybrid beings, dual / plural identities mean to you?

Your question speaks to me in the sense that I show just the tip of the iceberg. Geopolitics is essential to me.

Art can and must interpret it, so in this sense the artist is a translator.

In the ‘Suicides’ series, for example, I chose cockroaches as motifs or tools to capture this idea and make it concrete because it has become visual.

The hybrid creatures in the Lapine Universe series (2000) or the Souvenir Nets ten years ago symbolise my ‘plural’ identity, which I develop further in my serigraphs or near-abstract self-portraits. They are blurred, almost unreal, like the series on El Lissitzky and Virgina Woolf, respectively Komposition über Schopenhauer and Komposition über V. I hope my work tends towards the universal.

The layers of meaning I tie together express a range of sensibilities and emotions that goes beyond the strictly autobiographical.

Tes toiles sont comme des rébus qui fascinent, des énigmes visuelles à partir d’objets du quotidien, de mythes, de créatures extraordinaires. Que signifient pour toi ces êtres hybrides, ces identités doubles/plurielles?

 Votre question me parle dans le sens où je montre la partie visible de l’iceberg. La géopolitique m’est essentielle.

L’art peut et doit l’interpréter, l’artiste fait donc figure de traducteur.

Dans la série de toiles ‘Suicides’ par exemple, les cafards sont des motifs ou outils qui captent une idée et la rendent concrète car visuelle.

Les créatures hybrides dans la série Lapine Univers, 2000 ou celles des Filets à souvenirs dix ans plus tôt incarnent mon identité ‘plurielle’. Je poursuis cette quête dans mes sérigraphies ou l’auto-portrait pousse chaque mises en scène jusqu’à l’abstraction. On m’y voit floutée, quasi irréelle, à l’image des séries portant sur El Lissitzkyu et Virgina Woolf, respectivement Komposition über Schopenhauer et Komposition über V. J’espère que mon travail tend vers l’universel.

Les strates de sens qui s’y imbriquent expriment une gamme de sensibilités et d’émotions au-delà de l’autobiographique.

 

Please tell us what you are currently working on and what you are looking forward to this year in terms of exhibitions?

My current series ‘Cosmos’ follows ‘Fragments‘ of 2012 which re-writes and adapts the motif of romantic landscapes. These are reminiscences, faint echoes of our memory which pigment and paint can transfer onto the canvas.

I am also working on an exhibition project which will take place at the beginning of next year at Berlin’s Pankow Gallery on the theme of exile I had proposed. The aim is to find ways for artists to share and be co-creative. It is less about painting for oneself than for others in order to inspire one another.

Besides that I plan to visit exhibitions around the Bauhaus celebration, including the Berlinische Galerie and the Bauhaus-Archiv.

Peux-tu nous dire quel est ton projet de travail en cours et quelle exposition tu as l’intention de voir prochainement ?

Ma série actuelle Cosmos fait suite à ‘Fragments’ de 2012, une réécriture des paysages romantiques en quelque sorte. Ce sont des résidus ou réminiscences, des échos de notre mémoire et de notre imaginaire que le pigment et la pâte font resurgir sur la toile. 

Je travaille aussi sur un projet d’exposition qui aura lieu au début de l’année prochaine à la Galerie Pankow à Berlin, autour du thème de l’exil que j’avais proposé. Le but est d’optimiser les conditions de partage entre artistes. Il s’agit moins de peindre pour soi que pour autrui afin de s’inspirer mutuellement.

Sinon j’ai l’intention de visiter des expositions autour de la célébration du Bauhaus, notamment la Berlinische Galerie et le Bauhaus-Archiv.

Read more about Valérie Favre on her website or visit the big Eigenbedarf Groupshow to see some of her works in the flesh! 

EIGENBEDARF:

Opening hours and contact

25 August – 1 September 2019 | Täglich / Daily 16-20h

Montag geschlossen / Monday closed | Uferhallen, Uferstraße 8, 13357 Berlin-Wedding

instagram.com/eigenbedarf_

Header Photo und alle Portraits: Martin Peterdamm

Author: Alexandra Etienne