© Smail Kanouté/ Cie Vivons. “Les Actes du Désert”

Born in 1986, Smail Kanouté is a French-Malian graphic designer, dancer and silkscreen artist, graduate of the ENSAD. He lives and works in Paris. Among many projects, he has worked in fashion with the designer Xuly Bet, performed at the Ballets de l’Opera in Marseille, at the Basilica of Saint-Denis, at theCentQuatre, at the Institute of Islamic Cultures in collaboration with SIFAT for the Nuit Blanche; also with Philippe Baudelocque Tino Sehgal’s major exhibition ‘These Associations’ at the Palais de Tokyo in 2016.

Ne en 1986, Smail Kanouté est un artiste issu de l’ENSAD, à la fois graphiste, sérigraphie, plasticien et danseur. Il vit et travaille à Paris. Parmi ses nombreux projets, citons la mode avec entre autres le styliste Xuly Bet; ses performances aux Ballets de l’Opéra de Marseille, à la Basilique de Saint-Denis, au Cent Quatre, à l’Institut des Cultures d’Islam en collaboration avec SIFAT pour la Nuit Blanche; ou son intervention avec l’artiste Philippe Baudelocque dans l’exposition de Tino Sehgal ‘These Associations’ au Palais de Tokyo…

Smail Kanoute © Henri Coutant

Smail Kanouté’s work is cross-disciplinary and infused with energy and poetry.

CROSS-DISCIPLINARY, HYBRID and ECLECTIC. Smail connects disciplines and techniques in unexpected ways, weaving together textiles with serigraphy; tech with dance. In his Afro Ninpo series for instance, each print mixes styles and motifs from Japan, Australia, South Africa and Mali for us to seek and find resonances between seemingly distinct cultures.

ENERGY AS IN A DANCE, where the body morphs into something new from one project to the next. Each brushstroke is like a spark of electricity in Jidust; or a rhythmic screenprint in DancInk. Movement describes an aerial script that can be read like a text with multiple layers.

POETRY underscores his exploration of identities: in Les Actes du Desert for instance, sand is interspersed with dance and voice recordings from his trips to Mali to reflect on spiritual ancestry -attuned to the Malian saying that “dust retains the memory of ancestors”. Grains of sand slip through his fingers like specks of life. Requiem is an ode to the whirling dervishes’ gestures and to the royal history of the Saind-Denis Basilica in Paris. Both are tokens of ritual and of lineage.

Now for this first interview with Smail, a couple of questions to find out more…

L’oeuvre de Smail Kanouté est protéiforme, dynamique et poétique

PROTÉIFORME car hybride et éclectique, elle tisse des liens insolites entre les disciplines et les techniques. Le textile qui côtoie la sérigraphie, la tech qui se mêle à la danse soulignent cette fusion de styles et une approche plurielle de l’art selon laquelle différents motifs se croisent et différentes cultures entrent en résonance. L’art qui en découle évoque une partition de chant, une chorale aux voix multiples.

DYNAMIUE comme une danse au gré d’une chorégraphie ‘caméléon’ où le corps d’un projet à l’autre se métamorphose. Tel un pinceau électrique dans ‘Jidust’, une sérigraphie rythmique dans ‘Dancink’…le mouvement est une écriture aérienne qui se lit comme un palimpseste, une sorte de mille-feuille visuel. La danse y laisse libre cours à l’imprévu. L’encre du mouvement s’efface et se récrit à chaque performance.

POÉTIQUE enfin dans la réflexion que ses projets proposent: ‘Les Actes du Désert’ par exemple gravitent autour de la notion de mémoire, d’identité, d’ancêtres; ‘Requiem’ fait écho la communion avec l’au-delà, c’est une ode à la gestuelle des derviches tourneurs et à la symbolique de la basilique Saint-Denis.

Placemaintenant à quelques questions en guise de première rencontre avec l’artiste…

Valérie Favre, „Am Tisch“, 2018 150 x 90cm Oil on canvas © Valérie Favre & VG Bild-Kunst
© Smail Kanouté/ Cie Vivons. “Les Actes du Désert”

Which of these elements (space, air, fire, water, earth) would you choose in relation to your practice and yourself, and why?

I choose the land because for me it represents our roots. We are made of matter, of particles and of dust. The earth evolves like life and everything is ephemeral like a gesture, an image, a scent, a moment, a sound, an emotion. The earth is where I feel best.

Dust to me is always in motion.

Is there a particular person that inspired you to become an artist? 

Yes, Christine Lehot is the one who motivated me to become an artist. She helped me overcome my stuttering by teaching me breathing techniques to speak confidently in front of an audience. She encouraged me pass the entrance exam to the Arts Deco and the Fine Arts School in Paris. Her optimism helped me in drawing, painting and self-confidence.

Vent, feu, eau, terre… si ton oeuvre ou ta personnalité étaient un élément, lequel choisirais-tu?

Je choisis la terre car pour moi cela représente les racines. Nous sommes constitués de matière, de particules et de poussière. La terre évolue comme la vie et tout est éphémère comme un geste, une image, une odeur, un moment, un son, une émotion. La terre c’est l’endroit où je me sens le mieux.

La poussière est en perpétuel mouvement.

Y a -t-il une oeuvre d’art un individu qui t’a inspiré à devenir artiste?

Oui, il y a une personne qui m’a motivé à devenir artiste: Christine Lehot. C’est elle qui m’a aidé à surmonter mon bégaiement en m’apprenant des techniques de respiration afin de parler en public. Elle m’a poussé à passer les concours des Arts déco et des Beaux Arts de Paris. Elle m’a formé autant au dessin, à la peinture qu’à la confiance en soi et l’optimisme. Elle me disait toujours que tout est possible.

Smail Kanoute © Henri Coutant

Is there a particular person that inspired you to become an artist? 

Yes, Christine Lehot is the one who motivated me to become an artist.

She helped me overcome my stuttering by teaching me breathing techniques to speak confidently in front of an audience.

She encouraged me pass the entrance exam to the Arts Deco and the Fine Arts School in Paris. Her optimism helped me in drawing, painting and self-confidence.

Y a -t-il une oeuvre d’art un individu qui t’a inspiré à devenir artiste?

Oui, il y a une personne qui m’a motivé à devenir artiste: Christine Lehot.

C’est elle qui m’a aidé à surmonter mon bégaiement en m’apprenant des techniques de respiration afin de parler en public.

Elle m’a poussé à passer les concours des Arts déco et des Beaux Arts de Paris. Elle m’a formé autant au dessin, à la peinture qu’à la confiance en soi et l’optimisme. Elle me disait toujours que tout est possible.

Smail Kanoute © Henri Coutant

What do new technologies represent for you as a dancer and choreographer?

New technologies are like a conversation for me, in the sense that I respond to them to visualise things that are intangible: technology can make a thought, a breath, a gesture open to further dreams and emotions. I am also interested in the combination of tech and graphic art.

 For Jidust in particular, you mentioned the notion of ‘breath’ which also recalls language, and therefore writing .. could you tell us more about other works / projects to come?

 Yes my next project ‘Never Twenty One’ is based on gun violence.

I will explore the marks and scars that words, memories and absence leave on the body.

The trio of dancers will explore this narrative through gesture. So yes I keep working on language, on stories that can be translated into dance. In parallel, a triptych of videos will allow different cultures and languages to meet and communicate with each other, in NYC, in Tokyo and in Benin.

 Que représentent les nouvelles technologies pour toi en tant que danseur et chorégraphe?

 Les nouvelles technologies sont pour moi des interlocuteurs, dans le sens où j’ai envie de dialoguer avec elles pour rendre visible l’invisible. Je suis sensible au graphisme et pour moi la technologie peut rendre graphique une pensée, un souffle, un geste, ce qui ouvre à d’autres types de rêves et en même temps nous renvoient à l’humain.

Pour Jidust en particulier, tu avais mentionné la notion de soufflequi rappelle aussi le langage, et donc l’écriture.. pourrais-tu nous en dire plus en rapport a dautres oeuvres/projets a venir?

Oui ma prochaine création ‘Never Twenty One’ est fondée sur les violences liées aux armes à feu.

J’explorerai les traces que les mots, les souvenirs et l’absence peuvent laisser sur le corps.

Le trio de danseurs entrera en dialogue avec les gestes, les mots et la parole. Donc oui je continue ce travail sur le langage. En parallèle, un triptyque de vidéos permettra a différentes cultures et langues de se rencontrer et de communiquer entre elles: à NYC avec la danse et les mots, à Tokyo avec la danse et le métissage afro-asiatique et au Bénin avec la danse et la musique vaudou. Le langage fait partie intégrante de mon travail.

Smail Kanoute

Do you consider yourself spiritual and how does this feed into your work?

I am spiritual in the sense that when I paint or draw I meditate.

I love to create during Ramadan because that’s when I feel most inspired to focus on the essence of things.

Whirling dervishes for instance, I find it beautiful how the more they turn the more they feel centred and connected to the universe. This makes one feel alive in the present. I try to make visible these invisible sensations, through dance or graphic design.

Is there a type of music/book/author in general that stimulates you? 

I love “The Alchemist” by Paulo Coelho, and Amadou Hampâté Bâ’s stories. Music stimulates me as well, especially the kora instrument of West Africa which connects me to my ancestors.

Dirais-tu que tu es spirituel? Dans quelle mesure la spiritualité nourrit-elle ton travail?

Je suis spirituel dans le sens où lorsque je peins ou dessine je médite.

J’adore créer en période de Ramadan car c’est là où je puise toute mon inspiration.

Je vais à l’essentiel. Je m’intéresse à la danse des derviches tourneurs qui est magnifique car plus on tourne plus on se sent centré et connecté à l’univers. A ce moment là on se sent vivant au présent. Tout ce que j’aborde dans mon travail est un langage universel qui peut parler à n’importe qui et s’adapte a toute interpretation. J’essaye de rendre visible l’invisible, que cela soit en danse ou en design graphique.

Quel est ton livre de chevet/ pourrais-tu citer un auteur ou article spécifique que tu lis en ce moment?

J’adore “l’Alchimiste” de Paulo Coelho, et Amadou Hampâté Bâ pour ses contes. La musique avec la kora (instrument de l’Afrique de l’Ouest) me relie à mes ancêtres et me stimule intensément.

© Smail Kanouté/ Cie Vivons. “Les Actes du Désert”
© Smail Kanouté/ Cie Vivons. “Les Actes du Désert”

The Afro-Ninpo series incorporates motifs from different cultures. This plurality emphasizes that of your choreographic approach, always versatile … dance for you is a dialogue with …?

 Dance is a dialogue with time.

I work on the present, the past and the future, as well as afro-futurism.

When I dance I am in dialogue with space-time as I aim to move across different memories or atmospheres I have experienced in Rio, Paris, Bamako to bring these together on stage and make them coincide.

At the source of any choreography or painting I reflect on these elements that recur in my work:

lines, curves, colours, rhythms, emotions.

La serie Afro-Ninpo intègre des motifs de différentes cultures. Cette pluralité souligne celle de ton approche de chorégraphe, toujours polyvalentela danse pour toi, cest un dialogue avec…?

La danse c’est un dialogue avec le temps.

Je travaille à la fois sur le présent, le passé et le futur, tout comme l’afro-futurisme.

Quand je danse je dialogue avec l’espace-temps car mon idée est de traverser différents souvenirs ou ambiances que j’ai vécus a Rio, Paris, Bamako pour les réunir sur scène et les faire coïncider via des éléments visibles ou invisibles. C’est un perpétuel dialogue entre la danse, les arts visuels et numériques car chaque élément est dépendant des autres.

A la source de toute chorégraphie ou peinture je réfléchis aux mêmes éléments qui les constituent:

la ligne, la courbe, la couleur, le rythme, l’émotion.

© Smail Kanouté/ Cie Vivons. “Les Actes du Désert”

Please tell us what you are currently working on and what you are looking forward to this year.

 In one of my live performances, ’Jidust’, my body moved like a brush, drawing lines that appear and vanish in space.

The screen on stage, ‘waterlight graffitii’ consisted of thousands of LED that lit up in contact with water.

I brought together dance and water with light here to show the fluidity of dance and how the speed of light can become the thread of the choreography.

In terms of graphic design, I collaborated with PANAFRICA SHOES on two models of shoes called Mopti and Gao, in reference to my Malian origins.

Peux-tu nous dire quel est ton projet de travail en cours et quelle exposition tu as l’intention de voir prochainement?

Côté spectacle vivant, dans  ‘Jidust’ (Poussière d’Eau) mon corps danse tel un pinceau, dessinant dans l’espace des lignes éphémères. Je suis à la fois danseur, graphiste, presque ‘choré-graffeur’, et je compose un solo aquatique et lumineux en livrant un corps à corps avec le mur interactif mis au point par l’artiste concepteur Antonin Fourneau.

Ce mur, Waterlight Graffiti, constitué de milliers de LED, s’éclaire lorsqu’il est touché par l’eau.

À la rencontre de cette technologie, la danse s’invente fluide, tournoyante et souple, et la vitesse de la lumière devient fil conducteur de l’existence du danseur.

En filigrane s’esquissent des instants, des énergies qui s’irisent en douces fulgurances, à la lisière de l’art pariétal, aussi brillant que sensuel.

Côté design graphique, j’ai collaboré avec PANAFRICA SHOES sur deux modèles de chaussures qu’ils ont nommé Mopti et Gao car mes origines sont maliennes. J’ai réalisé les motifs du tissu et je suis fier de cette collaboration.

Read and watch Smail Kanoute perform on his website

Header Photo: © Henri Coutant 

Author: Alexandra Etienne