Sélectionner une page

Coordinates est une nouvelle exposition collaborative et itinérante d’art contemporain en réalité augmentée, hors-les-murs et mobile. Via l’application ‘4th Wall’, le spectateur est invité à être physiquement présent à des endroits spécifiques pour visionner les oeuvres qui s’y trouvent. Internet comme outil de subversion et de resistance et comme vecteur d’inclusion par le dialogue réfléchi qu’il génère: c’est de cette ambition qu’est né le projet ‘Coordinates’. Il s’agit d’étendre notre appréciation de l’art public, de la rue à nos portables et vice versa, au detour d’un clic et du GPS, le site et la symbolique de l’oeuvre en fusion.

Art et activisme: NANCY BAKER CAHILL + Coordinates projet 1

Avec Coordinates, Nancy Baker Cahill rompt le silence à partir de sites emblématiques et d’une technologie avancée: lieu-symbole, réalité augmentée et ‘4th Wall’ App sur smartphone déclenchent une réflexion artistique qui résonne avec force car hors-les-murs et vagabonde. On s’évade de la galerie ou du musée pour une visite virtuelle et intrépide, smartphone en main: une fois la App installée, celle-ci vous géo-localise et vous pointe vers l’installation in situ la plus proche. Itinérant, ce projet nous pousse donc à marcher vers l’art, au dehors. On remet activement en question chaque lieu à l’aune de l’installation qui s’y trouve. C’est un art engagé qui ‘rugit’, qui émeut afin de réagir ensemble.

En vue du lancement de Coordinates en Europe, Nancy nous en dit plus sur elle et son travail, et ce qui rend ce projet exceptionnel.

Samia Ziadi, République, 2019, Marseille
Samia Ziadi, République, 2019, Marseille

Vent, feu, eau, et terre… si ton oeuvre/personnalité était un élément, lequel choisirais-tu?

Espace et feu.

L’espace car je m’intéresse à ce qui est intangible, affranchi d’un lieu spécifique.

Le feu, car c’est une énergie créatrice que je ressens en moi et qui catalyse tout ce que je fais, comme un combustible.

Julia Bogany and Marissa Aranda, The Journey of Visibility, 2018, Los Angeles, CA (from Defining Line)
Julia Bogany and Marissa Aranda, The Journey of Visibility, 2018, Los Angeles, CA (from Defining Line)
Nancy Baker Cahill, Surd 12: UNPROTECTED, October 2018, United States Supreme Court
Nancy Baker Cahill, Surd 12: UNPROTECTED, October 2018, United States Supreme Court

Y a-t-il une oeuvre d’art/personne/endroit ou situation qui t’a inspirée/motivée à lancer le projet Coordinates?

L’état du monde exige que l’art soit engagé: travail en équipe, esprit de subversion et de rébellion sont les racines de Coordinates.

Notre paysage culturel est à un tournant, polarisé et en rupture: effets drastiques du changement climatique, violation des droits de l’homme aux frontières, dans les centres de détention pour immigrés, dans les prisons: quand ces faits ne sont pas signalés voire absents des médias, l’art pousse à agir. Voilà sa force et le défi à relever face aux crises actuelles et à venir.

Si je dois désigner une seule personne qui inspira ce project, ce serait ma chère amie, l’artiste Tanya Aguiniga. Aux
prémices de Coordinates elle avait placé l’un de mes dessins en réalité augmentée sur la partie Etats-Unienne du mur, Hollow Point 101, et le transféra au Mexique, soulignant ainsi que l’art est et doit être sans frontières.

Son utilisation de notre App 4th Wall est conceptuelle et politique, d’une intensité égale à sa personnalité.
Dès lors j’ai su que j’engagerai d’autres expériences en réalité augmentée à l’image de la sienne, conçues à chaque fois pour un lieu spécifique.

Nancy Baker Cahill “Hurt Colors” (2018), Las Vegas
Nancy Baker Cahill “Hurt Colors” (2018), Las Vegas
Carolina Caycedo, Curative Mouth, 2018, Los Angeles, CA (Defining Line)
Carolina Caycedo, Curative Mouth, 2018, Los Angeles, CA (Defining Line)

Que signifie le ‘site’ au sens de lieu/géographie par rapport à ton projet Coordinates?


Le lieu choisi par l’artiste est le noyau, le concept même de l’oeuvre: chaque site est vecteur d’une idée, il la
souligne et l’accentue selon un ‘espace de pensée’ où l’oeuvre et le site sont à l’unisson.
Des Nations-Unies à New York à la pyramide de Gizeh en passant par Coachella ou Dubai, chaque lieu-symbole articule une problématique environnementale et sociale, c’est aussi une urgence qui nous pousse à la réflexion et fait écho à l’actualité.
Ces lieux résonnent ainsi avec les oeuvres de manière amplifiée, car directe, libre, au-delà des murs stériles d’une galerie ou d’un musée. Ces lieux permettent une visite virtuelle et inclusive, nomade, tournée vers l’avenir.

Beatriz Cortez, Tzolk'in, 2018, Los Angeles, CA (Defining Line)
Beatriz Cortez, Tzolk’in, 2018, Los Angeles, CA (Defining Line)

Ton travail gravite autour d’une ‘créativité inclusive’ que Coordinates renforce grâce à la réalité augmentée. Comment fonctionne cet outil et pourquoi l’as-tu choisi maintenant?

La créativité inclusive signifie accessibilité et coopération, c’est ce qui me stimule le plus dans ce projet.

Je suis frappée de voir avec quelle rigueur et soin les artistes invitées sélectionnent le lieu pour leur oeuvre.

Il en va de même pour les oeuvres 3D. L’imagination et l’impact visuel sont sans limites dès lors qu’on a cette diversité et cet esprit d’équipe au sein du groupe d’artistes participantes.

Nadia Kaabi-Linke, The Bench, 2019, Köpenicker Rathaus Berlin
Nadia Kaabi-Linke, The Bench, 2019, Köpenicker Rathaus Berlin

Comment définis-tu/choisis-tu le meilleur dans l’art dit ‘politique’ ou ‘activiste’?

Il ne verse jamais dans le scolaire. Toujours subtil, polysémique donc stimulant intellectuellement. Pour être plus spécifique, je citerais ici l’une de mes auteures favorites, Maggie Nelson:

la vraie complexité morale n’est pas faite de simples inversions. Elle apparaît quand on patauge dans un marais, plongeant dans l’inconfort qui révèle notre appétit pour la nuance.

Cette audace et cette intrépidité, toutes les artistes conviées à Coordinates en font preuve. Leur art dénote la bravoure et donc l’éloquence qui nous guide, nous interpelle et aiguise notre regard sur le monde (écosystème, migrations, identités).

Chaque artiste sonde le lieu pour percuter nos sens et inviter au débat, via des expositions virtuelles comme ‘Defining Lines’ le long du fleuve L.A; ou la biennale Desert X autour du lac de Salton.

Andrea Chung, Filthy Water Cannot Be Washed, 2017, Los Angeles, CA (Defining Line)
Andrea Chung, Filthy Water Cannot Be Washed, 2017, Los Angeles, CA (Defining Line)

Quel est ton livre de chevet? Je lis tout le temps, difficile d’en choisir un seul! Je viens de commencer Defacement par Michael TaussigAutomating Inequality par Virginia Eubanks et Unfathomable City par Rebecca Solnit, sur la Nouvelle-Orléans. Only Revolutions par Mark Z. Danielewski a inspiré ma prochaine oeuvre sur toile et en réalité virtuelle.

As-tu un projet en cours et quelles expositions as-tu l’intention de voir/auxquelles tu participes cette année? 

Je travaille sur une exposition publique à la Nouvelle-Orléans, en réalité augmentée (AR), intitulée Battlegrounds (Champs de Bataille) qui invite des artistes locaux à placer leurs oeuvres à des endroits controversés, ou ‘champs de bataille’ -terme qui se prête à différentes interpretations.

Sur COORDINATES

Coordinates est une nouvelle exposition collaborative et itinérante d’art contemporain en réalité augmentée, hors-les-murs et mobile. Via l’application ‘4th Wall’, le spectateur est invité à être physiquement présent à des endroits spécifiques pour visionner les oeuvres qui s’y trouvent. Internet comme outil de subversion et de résistance, comme tremplin de créativité et comme vecteur d’inclusion par le dialogue réfléchi qu’il génère: c’est de cette ambition qu’est né le projet ‘Coordinates’. Il s’agit d’étendre notre appréciation de l’art public, de la rue à nos portables et vice versa, au detour d’un clic et du GPS, le site et la symbolique de l’oeuvre en fusion.

Les artistes participants sont invités a soumettre leur œuvre d’art afin qu’elle soit traduite en réalité augmentée, et a choisir l’emplacement de celle-ci en fonction de la signification conceptuelle ou historique du lieu et / ou de son rapport avec l’œuvre elle-même. Chaque artiste est crédité lorsque son image apparaît à l’écran. D’autres artistes et sites seront ajoutés régulièrement, assurez-vous donc de vérifier la section Actualités de l’application ou le plan sur la page Coordinates pour toute mise à jour. Découvrez comment utiliser cette fonctionnalité ici.

Et plus d’infos sur Nancy Baker Cahill ici!

Header Photo: Tewa Barnosa, « Hayat / Life », 2019, Staatsbibliothek Potsdamerstraße, Berlin

Author: Alexandra Etienne